Exposition de Nicolas Severine Bernard dans les locaux de Galanga

À l’occasion de l’inauguration de notre espace de coworking Galanga, nous avons demandé à Nicolas Severine Bernard, artiste Rouennais, d’habiller nos murs de ses toiles. Son exposition est ouverte au public du lundi 27 juin au 31 août 2016. Un vernissage a eu lieu jeudi 23 mai, les invités ont eu l’occasion d’admirer les toiles en exclusivité tout en dégustant les mets proposés par notre traiteur, Erisay.

À propos de Nicolas Severine Bernard

L’artiste a premièrement étudié l’ébénisterie, puis a intégré l’École des Beaux-Arts de Rouen où il a obtenu son diplôme DNAP-DNSEP en 2006. Depuis, il se dédie exclusivement à son art, depuis son atelier à Le Houlme, à proximité de Rouen.
Son travail mélange des styles pluridisciplinaires : il emprunte des codes romantiques, puis y ajoute un style propre à l’École Hollandaise, enfin il y mêle l’expressionnisme abstrait. Ce mélange de concepts l’emmène vers des innovations techniques qu’il s’approprie.

Nicolas Severine Bernard, dit NSB, ne peint pas, il déconstruit. Son geste est automatique, comme l’était l’écriture des surréalistes. Exempt de pinceau, il coule la matière, l’étale, la racle, la ratisse, l’efface. Le sujet apparaît alors à rebours, entre abstraction et figuration, visible et invisible. L’artiste crée de la présence, il habite l’espace. Maître de ses toiles, il les envahit silencieusement en y peignant son âme.

Il s’approprie les classiques (La liberté guidant le peuple, le Radeau de la Méduse) et les dépeint avec audace tel un artiste confirmé.
De ses toiles, se dégagent des corps en mouvement qui sont l’expression même de la tourmente, du vertige, de la tension. Autour de ces corps, naissent des messages subliminaux que l’artiste dissimule, laissant le spectateur voguer à son imagination.
L’artiste brouille les pistes, mêlant le visible et l’invisible, confrontant l’expressivité au minimalisme. Au sein de ses toiles, les illusions d’optique troublent la profondeur et les perspectives.
À travers ses autoportraits, l’artiste se redéfinit sous plusieurs facettes dévoilant des Nicolas Severine Bernard similairement différents.
Par le ratissage de la peinture, l’artiste crée des trames semblables à des lignes numériques. La puissance du classique fait ainsi intrusion dans un écran de modernité.

Témoignage du 23 mai 2016 :
« Un grand merci pour cette belle exposition d’œuvres qui dégagent force mais aussi fragilité notamment au travers des autoportraits de Nicolas Severine Bernard. Un artiste qui se renouvelle et remet en question son œuvre en réinvantant et actualisant les fondamentaux… Bravo l’artiste et continue de créer, c’est du beau travail!
Merci à Galanga pour l’accueil, l’organisation et le service traiteur. »

Visiter l’exposition
Horaires d’ouverture : de 9 heures à 19 heures
Lieu de l’exposition : Galanga coworking, 53 rue orbe 76 000 ROUEN
Contact : Marika Sohlberg
Tél. : 07 79 00 01 40
Mail : hello@galanga.org
http://galanga.org/

Portes ouvertes de votre nouvel espace de coworking du 27 juin au 31 août 2016

JPO

Portes ouvertes du 27 juin au 13 juillet 2016

Cet été, le public pourra découvrir les bienfaits du coworking sur le bien-être au travail. Parmi les visiteurs de l’espace Galanga, 3 gagnants seront désignés : le premier remportera 6 mois d’accès à l’open-space pour 1 personne avec emplacement réservé ; le second, 3 mois d’accès à l’open-space pour 1 personne avec emplacement libre ; le troisième, 1 mois d’accès à l’open-space pour 1 personne avec emplacement libre.

Profitez également de votre visite pour découvrir l’œuvre fascinante de Nicolas Severine Bernard, plasticien local diplômé des Beaux-Arts de Rouen en 2006.

Exposition Carte blanche à Nicolas Severine Bernard à partir du 27 juin 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Galanga accueillera l’exposition Carte Blanche à Nicolas Severine Bernard (NSB) du 27 juin 2016 au 31 août 2016. L’exposition ouverte à tous rend hommage au travail poétique, entre abstraction et figuration, de ce plasticien local diplômé des Beaux-Arts de Rouen en 2006. NSB ne peint pas, il déconstruit. Le geste automatique, comme l’était l’écriture des Surréalistes,  il coule la matière, la racle et l’efface. Le sujet apparaît alors à rebours, à la fois visible et invisible.

En voir plus sur le site de l’artiste : nicolasseverinebernard.com et sur sa page Facebook Nicolas Severine Bernard.